Focus

Client : Châteauroux métropole

Brief : Créer l’identité visuelle d’un nouveau magazine d’actualité. Avec la création de l’entité « Châteauroux Métropole » rassemblant Châteauroux et les villes voisines, de nouvelle voies de communication se sont créées. C’est pourquoi l’agglomération à eu pour idée d’éditer un magazine regroupant l’actualité de toutes les villes autour de Châteauroux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Choix du nom

FOCUS – Mise au point sur l’actualité de Châteauroux Métropole

C’est le nom proposé pour ce magazine. Il est simple à retenir et évocateur, il peut devenir rapidement une habitude pour les habitants de Châteauroux Métropole. Il évoque la faculté adaptative du magazine qui se concentre sur des points d’actualité importants. Il ne fait référence à aucune ville particulière car elles seront toutes mises en lumière en fonction de leurs événements. La baseline contribue également à appuyer le nom du magazine avec le terme «mise au point», une référence photographique faisant le lien avec «Focus», mais également un terme permettant de résumer une actualité. Enfin, ce nom permet un suivi graphique, un fil conducteur tout le long du magazine.

Logo

Des lettres modernes et allongées affirment le caractère urbain du magazine. La typographie est suffisamment simple pour garder une certaine sobriété, mais également très caractéristique. Le «O» du nom est mis en scéne pour rappeler son sens : la mise en avant d’un élément. Ainsi le O est la représentation visuelle de «Focus».

Les couleurs choisies évoquent les autres supports de communication de Châteauroux Métropole, comme son site internet. Cela fera donc un lien dans l’esprit des habitants et contribuera à créer une cohérence générale. Longtemps, le bleu à été la couleur préférée des européens. Il est donc fédérateur et permet de doter le nom d’une aura de liberté et de sagesse.

Le magazine

Tout le long du magazine, l’identité graphique de Focus est respectée et une mise en page sobre mais dynamique est préconisée.

La couverture

Il s’agit ici d’un exemple de couverture qui fonctionne. Elle pourra être revue en fonction de l’actualité ou de ce qui doit être mis en avant au moment de la sortie du magazine. La majorité de la couverture est recouverte par une photo pleine page qui devra comporter un point focal important (ici l’ombre qui saute). Des actualités ou autres pourront figurer sur la couverture en fonction du contenu du magazine. Si le titre, le numéro et les coins rappelant le logo seront statiques (communs à tous les numéros), les autres informations s’adapteront selon la photo de couverture. Un élément important pourra être mis en avant dans les coins bleus, rappelant le titre (ici le dossier).

La mise en page

Les photos ont la part belle dans Focus, mais leur utilisation risque de figer la maquette et de rendre un effet trop statique. Pour garder un peu de dynamisme, un traitement morcelé de certaines photos est proposé, avec un coin séparé. Toutes les photos ne pourront pas être traitées ainsi, mais ce principe graphique, associé à des bandes bleues bien placées, permettront de faire vivre le magazine. Sur des pages avec un thème spécifique (ici l’hiver), de petits symboles vectoriels pourront venir soutenir la création graphique (des flocons de neiges par exemples). De même, le traitement graphique plutôt que textuel de l’information est à privilégier (par des infographies ou des schémas) quand cela sera possible.

ZOOM le supplément

La couverture

Ici le choix du noir et blanc sur la couverture permet de contraster avec l’intérieur de Focus. Ce n’est pas une page supplémentaire à survoler, c’est un vrai document avec sa propre identité. Cela permet également de rester sobre, en contraste avec un intérieur plus coloré. Des bandes bleues pourront venir dynamiser la création, notamment au niveau du titre, qui sera placé en fonction de la composition de la photo.

La mise en page

Les rubriques seront hiérarchisées par couleur, avec un rappel de ces 4 couleurs à chaque entrée de rubrique. Les couleurs sont celles du logo de Châteauroux Métropole, un peu atténuées pour garder une facilité de lecture et ne pas attirer l’œil plus que nécessaire. Dans l’exemple, on commence la rubrique Culture. Les trois autres rubriques sont rappelées par les bandes colorées mais sont «fermées». La couleur de Culture en revanche prend plus de place et peut permettre l’utilisation d’un pictogramme en rapport avec l’un des sujets traités. Pour le reste, la mise en page reste simple, rythmée simplement par les textes et les photos. Des encarts de témoignage pourront être mis en avant.